New-York : Five Guys, Central Park, un Blockbuster et Time Square

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 0 Flares ×
Lundi 1er  au mercredi 3 juillet 2013

Je passe les journées du lundi et mardi sur l’Ile de Long Island, au Q4 Hostel et à me perdre dans les rues, pourtant perpendiculaires du Queens. C’est qu’il suffit que l’une d’entre elles soit un peu moins perpendiculaire que les autres pour que mon esprit cartésien s’emmêle. Bref. Le mardi dans la nuit, sur les coups d’1 h 30 du matin, Sylvain arrive à l’hostel. Il va y rester le même temps que moi et continuera ensuite sa route vers Montréal. Ca fait 10 ans qu’on fait des bouts de voyages ensemble, ça fonctionne bien.

Le mercredi, on décide de s’attaquer à la Bucket List des choses que Sylvain voudrait faire à New York. Ca tombe bien, il n’y a qu’un item dans la liste : aller manger au Five Guys.

Chez Five Guys, les sacs à patates trainent devant la caisse. Ca fait plus authentique.

Chez Five Guys, les sacs à patates traînent devant la caisse. Ca fait plus authentique.

Five Guys, dont je n’avais jamais entendu parler, est une chaine de fast food à burgers américaine. Elle est née au début des années 2000 et est rapidement devenue la chaîne de restaurant à la croissance la plus rapide aux Etats Unis. Il faut dire que la recette est plutôt gagnante. Une carte très succincte, on laisse le choix au client de la garniture, des ingrédients de qualité et une préparation devant le client. A milles lieues de la nourriture industrielle d’un Mc Do. Et le résultat s’en ressent. Le burger, n’est pas forcément beau (voire pas du tout en fait) mais alors… qu’est-ce que c’est bon ! Bon, par contre, il ne faut pas trop regarder les calories du machin.

TChat découvre les burgers du Five Guys. Il n'a pas l'air rassuré...

TChat découvre les burgers du Five Guys. Il n’a pas l’air rassuré…

Après le Five Guys et un gros orage nous obligeant à nous réfugier une petite demie-heure profiter du wifi dans un Starbucks, nous décidons d’aller brûler le surplein de calories dans Central Park. Central Park est « The » parc de New York. En plein centre de Manhattan, il est absolument gigantesque (3,41 km² !).  Nous y restons un petit moment, assez pour voir des écureuils, des joggers, des cyclistes et des gros rochers.

Central Park: un gros morceau de verdure dans un océan de grattes-ciel (gratte-ciels? il va où le 's' déjà?)

Central Park : un gros morceau de verdure dans un océan de grattes-ciel (gratte-ciels? il va où le ‘s’ déjà?) gratte-ciel (merci Marge :))

Ecureuil !

Ecureuil !

A Central Park, les chauffards sont les cyclistes. Il faut leur demander de ralentir.

A Central Park, les chauffards sont les cyclistes. Il faut leur demander de ralentir.

Mais nous n’en faisons finalement qu’une toute petite partie avant que de gros nuages noirs nous préviennent qu’il faudrait que nous trouvions refuge quelque part. Ca tombe bien, nous avions prévu le coup et pensions aller voir un film au cinéma au AMC Loews Lincoln non loin de là. Comme nous sommes aux US, nous décidons de ne pas faire les choses à moitié et d’aller voir World War Z. Un film où la fin du monde est proche à cause d’un virus (ou quelque chose du genre, on ne sait pas trop, et ça n’a aucune importance) qui transforme les humains en Zombies. Si c’est pas un scénario en béton ça !!

L'affiche de World War Z

L’affiche de World War Z

TChat a trouvé sa place et est prêt au spectable

TChat a trouvé sa place et est prêt au spectacle

19 dollars (aïe) et 2 h 30 plus tard, nous sortons de la séance. Le film a tenu ses promesses et arrive à nous tenir en haleine tout en se renouvelant un peu par rapport aux films de Zombies que je connaissais (rares il est vrai) : Zombieland, 28 jours et 29 semaines plus tard… et non, je n’ai pas vu Walking Dead. Bref, du grand spectacle, on en prend plein la vue.

En sortant, il pleut encore plus qu’avant. Mais vu la chaleur toujours accablante, on décide de se mouiller un peu et de partir direction Broadway afin de rejoindre Time Square. Tout va bien, tant qu’on reste dehors dans nos t-shirts mouillés. Par contre, il ne faut pas essayer de rentrer dans un magasin sous peine d’être congelés instantanément. Les américains vouent une adoration à la climatisation. Plus il fait chaud dehors, plus ils la mettent froide. Et on ne fait pas dans l’efficace : tant pis si les portes du magasin sont grandes ouvertes alors qu’il fait 35° C dehors et qu’il faille mettre la clim’ à fond les ballons. This is America.

Bref, la pluie se calme, on déambule au milieu d’une forêt de grattes-ciels gratte-ciel tous plus hauts les uns que les autres. C’est top.

La Trump Tower. Il vont toucher le ciel s'ils continuent non?

La Trump Tower. Il vont toucher le ciel s’ils continuent non ?

A la nuit tombée, on arrive sur Time Square. Time Square est la Mecque de la grande consommation. L’attrait principal de l’endroit vient des ses gigantesques panneaux publicitaires à Led entourant la place. Bon, nous sommes sur Broadway alors il y a aussi des shows et pièces de théâtre proposés à chaque coin de rue. Mais 90 % des touristes ne viennent que pour s’abrutir devant des messages publicitaires vendant voitures, crédits ou cosmétiques et presque prendre un coup de soleil nocturne, tellement les éclairages sont puissants. Et nous en faisons partie.

Time Square où la consommation en électricité d'une ville comme Manosque?

Time Square ou la consommation en électricité d’une ville comme Manosque?

Même la pluie se met à diffuser de la pub. Ils sont forts ces américains.

Même la pluie aide à diffuser de la pub. Ils sont forts ces américains.

Pour aller plus loin :

Vous voulez connaitre la suite ? Recevez-la dans votre boite mail !

Recevez un email lorsqu'un nouvel article est publié.

Commentaires

  1. Marge a écrit :

    Alors petite leçon de français : un gratte-ciel, des gratte-ciel ! Parce que “qui gratte le ciel” ! Par contre, tu peux déplacer tes s à la fin de “tous plus hautS les unS que les autres !” 🙂

  2. Yve a écrit :

    La Maîtresse ayant déjà fait son cours je ne vais pas m’y remettre 😀
    J’aime beaucoup Tchat au cinoche – plus souriant que devant le burger du Five Guys – et les pubs à l’eau ! Bonne continuation et plein de bises

  3. romualde a écrit :

    J’adore la dernière photo avec les pub dans les flaques d’eau.

  4. Marge a écrit :

    Tiens à ce sujet ! T-chat n’a pas eu trop peur en voyant Sherkan sur Time Square ? Parce que… dans une flaque ou non, l’est drôlement imposant le matou ! 🙂

    • Je pense que TC peut apprendre quelques précieuses compétences de Shere Khan.. Burgers et les films ne semblent pas être la meilleure éducation un petit chat peut devenir..

      Pardon mon français 😉

  5. Joss a écrit :

    Alala, que de bons souvenirs! Five guys forever!

  6. Fredo a écrit :

    Dans la section “Pour aller plus loin”, faudrait rajouter un lien vers bucket list quand même !!
    Sinon, on comprend pas grand chose…

Commentaires

*

CommentLuv badge

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 0 Flares ×