De Flores à Livingston en bus et en bateau

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 0 Flares ×

Jeudi 15 août

Tiens, c’est le 15 août, certains vont sûrement en profiter pour faire le pont. Ici, le pont dure depuis 2 mois 🙂

Aujourd’hui, nous quittons Flores pour nous rendre à Livingston, un petit village sur la côte caraïbe du Guatemala dont les guides disent qu’il possède une atmosphère rasta et relax toute jamaïquaine. Particularité de Livingston, bien que cet endroit soit sur la terre ferme, il n’y a pas de route pour s’y rendre ! Le seul moyen est d’y arriver en bateau.

Nous allons donc prendre un bus à Flores qui nous emmènera à la ville de Rio Dulce, ville se trouvant sur la rivière du même nom. Depuis Rio Dulce, nous chercherons un bateau (une « Lancha ») pour nous amener à Livingston.

De Flores à  Rio Dulce en bus

Nous nous rendons au petit matin au terminal de bus en tuk tuk pour attraper notre bus de la compagnie Maya de Oro (aussi appelé parfois Fuente del Norte sur cette ligne).

Notre bus de la compagnie Maya de Oro prêt à partir

Notre bus de la compagnie Maya de Oro, prêt à partir

Le bus part avec un retard de 30 minutes, chose qui ne nous surprend plus vraiment. Le chauffeur est un vrai chauffard, il double absolument tout le monde : voitures, camions, autres bus… tous sont mis à l’amende par notre étincelant Maya de Oro. Les dépassements se font de préférence dans les virages sans visibilité. On se rassure en se disant que le bougre connaît la route sur le bout des doigts.

Nous sommes assis juste derrière le chauffeur, au premières loges pour admirer sa méthode de conduite

Nous sommes assis juste derrière le chauffeur, au premières loges pour admirer sa méthode de conduite

Après 3 h de route, nous sommes à Rio Dulce  (la veille au guichet, on nous avait annoncé 4 h de trajet… on a dû aller plus vite que prévu !).

De Rio Dulce à Livingston en lancha

A la sortie du bus, nous nous faisons alpaguer par tout un tas de rabatteurs voulant nous vendre des billets pour Livingston. On les ignore poliment, ce type de personnes étant en général celles avec lesquelles on se fait le plus arnaquer sur les prix. Après avoir pris quelques renseignements, nous apprenons que les lanchas partent « du pied du pont » qui enjambe la rivière.

On se dirige en ce sens en longeant la route principale, puis descendons vers le pont… et nous nous perdons 🙂 Alors que nous demandons notre chemin dans un restaurant, ils nous disent qu’ils vendent des billets et qu’une lancha part dans 10 minutes. Le prix est raisonnable (140 Quetzals, 13 €), on dit banco.

En attendant la Lancha à Rio Dulce

En attendant la Lancha à Rio Dulce

10 minutes Une demie-heure plus tard, la lancha arrive, il ne reste plus que 2 sièges de libres pour nous.

Alors que nous nous dirigeons en direction de Livingston, nous faisons tout d’abord un arrêt pour faire le plein d’essence.

C'est la première fois que je vois une station essence à bateau. Exactement pareil que celles pour voitures sauf que le tuyau est plus long pour arriver jusqu'au bateau :)

C’est la première fois que je vois une station essence pour bateau. Exactement pareil que celles pour voitures sauf que le tuyau est plus long pour arriver jusqu’au bateau 🙂

Puis nous mettons le cap vers Livingston pour de bon. La rivière est entourée de mangroves. Après 40 minutes, alors que la rivière se fait beaucoup plus large, nous faisons un deuxième arrêt pour observer des cormorans (je crois que c’est ce que j’ai compris du capitaine) dans les arbres et des nénuphars. On se fera même accoster par un bateau qui voudra nous vendre divers souvenirs. La mécanique est bien huilée.

La rivière s'élargit pour ressembler à un lac

La rivière s’élargit pour ressembler à un lac

Ce sont des cormorans ça non? (cliquer pour agrandir)

Ce sont des cormorans ça non? (cliquer pour agrandir)

Un lac de nénuphars. On aura pas vu de grenouilles dessus ceci dit

Un lac de nénuphars. On n’aura pas vu de grenouille dessus ceci dit

La jungle plonge dans la rivière Rio Dulce pour se transformer en Mangrove

La jungle plonge dans la rivière Rio Dulce pour se transformer en Mangrove

Après 20 minutes supplémentaires de route, on nous débarque au milieu de nulle part, sur un petit pont de bois jouxtant des sources thermales (on peut s’y tremper moyennant finances) et un petit bar/restaurant. On nous dit de prendre tout notre temps et d’acheter ce que nous voulons, on ne repart pas avant 30 minutes. Oui, décidemment la mécanique commerciale est bien huilée.

Notre bateau s'appelle Happy Fish II. Si vous vous demandiez à quoi ressemblait un poisson heureux, maintenant vous avez la réponse.

Notre bateau s’appelle Happy Fish II. Si vous vous demandiez à quoi ressemblait un poisson heureux, maintenant vous avez la réponse

T-Chat aime le bateau, il veut déjà reprendre la route

T-Chat aime le bateau, il veut déjà reprendre la route

TC sors de là ! Tu vas arrêter de faire l'idiot oui !!

TC sors de là ! Veux-tu arrêter de faire l’idiot oui !!

Nous repartons enfin pour la dernière partie du trajet. La plus impressionnante. La rivière se resserre en effet pour entrer dans une sorte de canyon où la jungle plonge directement dans l’eau.

On se prendrait presque pour des explorateurs entrant dans des contrées où personne n'a jamais mis les pieds.

On se prendrait presque pour des explorateurs entrant dans des contrées où personne n’a jamais mis les pieds

Enfin, nous arrivons à Livington en milieu d’après midi. Le trajet en Lancha aura duré environ 2 h, pauses inclues.

Les mouettes forment un rang d'honneur pour nous souhaiter la bienvenue. Sympa !

Les mouettes forment un rang d’honneur pour nous souhaiter la bienvenue. Sympa !

Cette épave n'est pas rassurante. heureusement, on touche au but !

Cette épave n’est pas rassurante. heureusement, on touche au but !

Nous allons passer quelques jours au son du reggae sous le précepte du « Go Slow » ou encore « Doucement le matin, pas trop vite le soir ».

Des envies de Grand Voyageur ?

Vous voulez connaitre la suite ? Recevez-la dans votre boite mail !

Recevez un email lorsqu'un nouvel article est publié.

Commentaires

  1. Marge a écrit :

    Doucement le matin, pas trop vite le soir… Finalement t’es arrivé chez toi ! 😉
    J’ai connu un chauffeur de bus comme ça… il partait à 6h50 de Forcalquier et arrivait à 7h10 à Manosque. Début des cours : 8h… L’été ça va, mais l’hiver…
    Pareil, il doublait tout le temps. Un matin (d’hiver !), au croisement de Volx, il a contourné, par la gauche, une 2CV qui était arrêtée au stop. Finalement, il est passé presque dessus ! Le conducteur de la deuch a eu la peur de sa vie ! Finalement, constat pendant une plombe, et chu arrivée à l’école à 7h50 ! Chic !

Commentaires

*

CommentLuv badge

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 LinkedIn 0 Pin It Share 0 Email -- 0 Flares ×